Guercif : Un intérêt particulier à l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes

Guercif : Un intérêt particulier à l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes

La province de Guercif vient de se doter d’une plateforme dédiée à l’encouragement de l’entrepreneuriat et l’amélioration de l’employabilité des jeunes.

Créée dans le cadre du programme «Amélioration du revenu et inclusion économique des jeunes» de la troisième phase de l’INDH, cette nouvelle structure d’accompagnement, de formation et de renforcement des compétences des jeunes a été inaugurée, vendredi à Guercif, par le gouverneur de la province, Hassan Belmahi, en présence de plusieurs personnalités civiles et militaires.

La création de cette plateforme s’inscrit dans le sillage de la mise en application des Hautes orientations royales visant à accorder un intérêt particulier aux jeunes et à multiplier les efforts pour favoriser leur insertion sur le marché de l’emploi.

Le chef de la Division de l’action sociale (DAS) à la préfecture de la province de Guercif, Hassan Kara, a expliqué que cette initiative tend à répondre aux attentes des jeunes, notamment en matière d’inclusion dans le marché de l’emploi et d’encouragement à la création d’entreprises et de projets générateurs de revenu.

L’objectif est d’accompagner les jeunes pendant l’élaboration de leurs projets professionnels et de les orienter pour bénéficier de formations qui soient adaptées à leurs besoins et leurs ambitions, a-t-il souligné dans une déclaration à la presse, notant que cette plateforme est dotée notamment de cinq espaces ayant pour buts de répondre aux besoins des jeunes en termes d’orientation, de formation et d’accompagnement pour la création d’entreprises, d’intégration sur le marché du travail, et d’élaboration et d’exécution de projets innovants.

Il s’agit, a-t-il fait savoir, de l’espace d’accueil et d’orientation, l’espace d’aide à l’employabilité, l’espace d’appui à l’entrepreneuriat, l’espace d’amélioration du revenu, et l’espace de formations et de stages.

Afin de réaliser les objectifs escomptés, a encore ajouté M. Kara, l’INDH s’attelle à l’activation des services de la plateforme des jeunes à travers le financement et en assurant le rôle de facilitateur et de mobilisateur des différents partenaires dans le domaine du développement économique local et d’intégration des jeunes.

Il a indiqué dans ce sens que des conventions de partenariat ont été signées entre le comité provincial de développement humain, l’association Al Wassit pour l’encadrement et l’accompagnement des porteurs de projets, et l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences pour la réalisation des différentes composantes du programme «Amélioration du revenu et inclusion économique des jeunes».

L’objectif étant de promouvoir l’employabilité des jeunes par le biais de la formation technique et le renforcement des compétences personnelles, et l’encouragement de l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes en mettant à disposition les mécanismes d’appui technique et financier avant et après la création de l’entreprise.

De son côté, Youness Labied, responsable de l’espace d’appui à l’entrepreneuriat au sein de la plateforme, a expliqué que cet espace a pour finalité de recevoir et discuter avec les jeunes porteurs d’idées et de projets novateurs pour mieux connaître leurs compétences dans le domaine de l’entreprise et la nature des projets à réaliser.

Et de poursuivre que sur la base de ces entretiens, les jeunes concernés sont orientés vers des formations ciblées à même de développer leurs aptitudes pour créer leurs projets avec un financement de l’INDH et assurer leur réussite.

Quant à la responsable de l’espace d’aide à l’employabilité, Laila Moatassim, elle a fait remarquer que sa mission consiste à apporter l’aide nécessaire aux jeunes diplômés désireux d’intégrer le marché de l’emploi et ce, en se basant sur les compétences acquises par les chercheurs d’emploi et les offres disponibles.

Le président de l’association Al Wassit pour l’accompagnement des porteurs de projets au niveau de la province de Guercif, Guennadi Mohamed, a affirmé pour sa part que cette plateforme a été conçue pour traiter et concrétiser les projets et les idées des jeunes.

Notant que son association prend en charge la gestion et l’accompagnement de cette plateforme, il a invité les jeunes et les diplômés de la province de Guercif à visiter les espaces de cette structure et à tirer profit de ses services et de son appui.

Des jeunes venus découvrir et s’informer des services de cette plateforme ont salué cette initiative de l’INDH qui ne manquera pas d’impacter positivement la dynamique de création d’entreprise et de promotion de l’emploi dans cette province de la région de l’Oriental.

Campagne de sensibilisation sur la préservation de l’environnement

Le conseil communal de Taourirt et la société Ozone Environnement et services organisent une campagne de nettoyage et de sensibilisation à l’importance de la préservation de l’environnement des différents quartiers de la ville.

Cette campagne, placée sous le thème «La propreté de la ville et de son environnement est la responsabilité de tous», est organisée en collaboration avec les autorités locales, les associations de la société civile et les amicales des quartiers.

A cette occasion, les organisateurs appellent les habitants à contribuer à la propreté des artères et espaces de la ville afin d’atteindre les objectifs fixés en matière de préservation de l’environnement et de développement durable.

Ils exhortent aussi les habitants à ne jeter les déchets que dans les poubelles consacrées à cet effet, et à réduire l’utilisation de sacs en plastique qui sont nocifs pour l’environnement, ainsi qu’à sortir les poubelles à partir de 21h00 afin d’éviter les mauvaises odeurs.

Source : MAP

Province de Jerada : Les mesures restrictives anti-covid allégées

Les autorités provinciales de Jerada ont décidé l’allègement progressif des mesures restrictives en vigueur depuis plusieurs semaines au niveau de cette province pour enrayer la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19).

Cette décision a été prise sur la base du suivi quotidien de la situation épidémiologique qui fait ressortir une baisse du nombre de contamination, et en application des recommandations de la réunion du comité provincial de vigilance, tenue lundi, indique un communiqué des autorités provinciales.

La même source précise toutefois que les mesures exceptionnelles seront maintenues pour une semaine renouvelable, et ce à compter du mardi 08 décembre à 18H.

Il a été ainsi décidé la levée du couvre-feu nocturne qui était imposé de 21h à 05H, la fermeture des cafés et restaurants à 21H, au lieu de 19H auparavant, avec l’interdiction de la diffusion de matchs de football, la fermeture des locaux de commerce à 20H au lieu de 19H, et l’arrêt des activités commerciales et des vendeurs ambulants à 19H au lieu de 18H auparavant.

Les mesures exceptionnelles portent aussi sur la fermeture des salles de jeu, des terrains de proximité et des jardins publics, et l’interdiction des rassemblements dans les espaces publics, ainsi que des fêtes, des cérémonies de mariage, des funérailles et des réunions familiales.

Il s’agit aussi de la réduction de la capacité des transports publics (taxis et bus) à 50 pc, la réouverture du marché hebdomadaire “Kazi” dans la ville de Jerada, du marché hebdomadaire dans la ville Aïn Bni Mahar et du marché hebdomadaire “Hassi Blal” à Jerada, précise encore le communiqué qui met l’accent sur la poursuite de la fermeture du marché “Al Massira” à Jerada et le maintien des points de vente au niveau du quartier Al Massira.

Le communiqué rappelle également la nécessité du respect des mesures préventives (port de masque et distanciation sociale), et la répression de tous les contrevenants aux mesures de prévention sanitaire, conformément aux dispositions juridiques en vigueur.

Toutes les mesures précitées restent en vigueur pendant une semaine et pourraient être prolongées en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique et son évaluation par le comité provincial de vigilance, souligne-t-on.

Par ailleurs, ces mêmes mesures pourraient être appliquées dans les différentes localités de la province suivant la situation épidémiologique, fait remarquer la même source tout en évoquant la possibilité de lever ces restrictions en fonction de l’amélioration des indicateurs liés à cette pandémie.

Enfin, les autorités provinciales invitent l’ensemble des citoyens à faire preuve de vigilance et d’esprit de responsabilité partagée, et à respecter scrupuleusement les mesures préventives qui demeurent l’unique moyen efficace pour lutter contre le Covid-19.

 

Les festivals artistiques virtuels, l’excellent remède pour garder vive la flamme avec le public

La pandémie du Covid-19, qui a frappé de plein fouet le secteur des arts et de la culture au niveau de la production et de la diffusion des ouevres artistiques, avec la fermeture des musées, des institutions culturelles et des salles de cinéma, n’a pas freiné l’élan créatif et l’adaptabilité du secteur grâce notamment à l’organisation de plusieurs festivals en mode virtuel.

Ainsi, en se servant des nouvelles technologies de communication et d’information, plusieurs manifestations culturelles et artistiques ont pu s’adapter aux restrictions imposées un peu partout dans le monde en vue de freiner la pandémie, afin d’entretenir le contact avec le grand public et permettre aux artistes de se faire entendre et diffuser leurs oeuvres d’art.

Malgré le fait que le monde virtuel et les plateformes digitales ne peuvent pas remplacer la présence physique en festivals ou sur scène et la rencontre vivante de l’artiste avec son public, le passage en mode digital a permis de préserver le lien entre nombreux festivals et le public, la dynamisation de la scène artistique et culturelle et l’ouverture du secteur au partage fructueux de différentes expériences artistiques.

Parmi les manifestations artistiques qui ont pu affirmer leur résilience grâce au numérique, figure notamment le Festival de Fès de la culture soufie, organisé en ligne du 17 au 26 octobre sous le thème de “l’Art de la transmission”. Ses organisateurs ont souhaité mettre en évidence le fait que les nouveaux outils et supports numériques sont à même de permettre la découverte de cette belle culture à travers le monde et de s’en nourrir culturellement et spirituellement.

L’autre festival qui a su se maintenir dans le sillage de la crise sanitaire liée au Covid-19 est le Visa For Music, dont la 7ème édition a été organisée du 18 au 21 novembre avec la participation d’une vingtaine de groupes originaires des différentes régions du Royaume qui se sont donné rendez-vous cette fois devant les écrans pour jouer leurs morceaux dans un studio à Casablanca et enregistrer des capsules vidéos qui ont été diffusées ensuite en ligne.

Cette édition a été l’occasion de partager des moments musicaux chaleureux de grande qualité, mais aussi de réflexion autour de plusieurs thèmes, le tout sous un format digital. Et les chiffres de cette édition parlent d’eux-mêmes : 17 concerts, 100 artistes, 10 régions du Maroc représentées, 1 forum, 4 thèmes débattus, 8 conférences, 40 intervenants d’Afrique et du Moyen-Orient, plus de 15.000 spectateurs… et 0 cas de Covid-19 !, se félicitent les organisateurs.

C’est le cas aussi du Festival maghrébin du film d’Oujda (FMFO), qui a tenu sa 9ème édition du 25 au 29 novembre en mode en ligne, sous le thème “Oujda, Carrefour du Cinéma Maghrébin”.

Pour l’association Ciné-Maghreb, organisatrice de cet évènement, le format digital choisi pour cette année a permis une rencontre virtuelle avec un large public des pays du Grand Maghreb et au-delà. L’objectif étant de “contribuer à l’animation de la scène artistique maghrébine et au renforcement des liens entre ses peuples et ses cultures”.

Les organisateurs de ces manifestations culturelles ont veillé à maintenir le contact avec le public malgré les défis organisationnels imposés par la pandémie et grâce à l’usage optimal des nouvelles technologies de communication et du potentiel technique et numérique nécessaires pour la diffusion des différents programmes et projections sur les sites web officiels de ces festivals et sur leurs réseaux sociaux.

La crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 a contraint les différents acteurs du secteur des arts et de la culture à adopter des modes de travail innovants et à faire de la transformation numérique un levier de création d’un espace de communication avec le public loin de tout risque de contamination pour les artistes, les intervenants, les équipes et la production technique, dans l’attente d’un retour normal aux salles de spectacles.

Source : MAP

Autoroute Nador-Guercif: lancement des travaux début 2021

Le ministre de l’Équipement, des transports, de la logistique et de l’eau a annoncé, mardi 24 novembre dernier, le lancement des travaux de réalisation du tronçon autoroutier reliant Nador à Guercif pour début 2021.

Cette annonce a été faite lors d’une rencontre qui a réuni les responsables centraux du ministère de l’Équipement et la Compagnie nationale des routes automobiles du Maroc.
Ce projet couvre une distance de 105 km et comprend trois volets à savoir Guercif-Saka sur 36,5 km, Saka-Driouch sur 40,5 km et Driouch-port de Nador, en Méditerranée occidentale, à 27,2 km.
D’un coût global de 5,76 milliards de DH, il va permettre de désengorger ces deux localités et éviter les bouchons interminables des routes nationales 15 et 19.

La province de Taourirt à pied d’oeuvre face à la vague de froid

Le Comité de veille et de suivi de la province de Taourirt a tenu, mercredi, une réunion consacrée à la présentation et au suivi des préparatifs et des mesures proactives prises pour faire face à la vague de froid et aux chutes de neige pendant la période hivernale.

Cette réunion, présidée par le gouverneur de la province de Taourirt, Larbi Touijer, était l’occasion pour présenter et évaluer le plan d’action provincial ayant pour but d’atténuer les effets négatifs de la vague de froid sur la population, en particulier dans les zones rurales et enclavées.

Dans son intervention, M. Touijer a mis en avant l’importance de cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Hautes Instructions royales visant à accorder un intérêt particulier aux habitants des zones montagneuses et à leur apporter l’assistance et l’aide nécessaires pendant les périodes de chute de pluie et de neige.

Et de préciser que l’autorité provinciale a mis en place un plan d’action et d’intervention intégré qui détermine les zones concernées par la vague de froid, tout en analysant les données relatives à la population de ces zones.

Le gouverneur a expliqué dans ce sens qu’il s’agit de 13 douars, comptant environ 1.270 familles et situés à plus de 1.500 m d’altitude, faisant savoir que ces douars relèvent de cinq communes territoriales, à savoir Tancherfi (06 douars), El Atef (03), Oulad Mhamed (01), Sidi Ali Belkacem (02) et Sidi Lahcen (01).

Il a également fait avoir que l’élaboration dudit plan d’action a pris en considération la situation actuelle que traverse le monde entier et le Maroc en particulier et qui est marquée par les efforts de lutte contre la propagation de la pandémie du coronavirus, relevant à cet égard l’importance de l’adaptation du plan d’action au contexte actuel et de veiller au respect des mesures sanitaires préventives.

Rappelant la circulaire ministérielle relative au plan national de lutte contre les effets de la vague de froid et de la chute de neige, M. Touijer a plaidé pour une mobilisation permanente et continue au niveau de tous les douars concernés par la vague de froid, à travers une approche proactive visant à protéger les citoyens contre les effets des aléas climatiques.

Parmi les actions inclues dans le cadre du plan provincial, il a cité, entres autres, la mobilisation des ressources humaines et des moyens logistiques nécessaires, aussi bien du public que du privé, l’actualisation et l’analyse des données socio-économiques des zones cibles, le recensement des femmes enceintes ainsi que des personnes sans domicile fixe (SDF) et des lieux d’hébergement, et l’aménagement de plateformes d’atterrissage d’hélicoptères.

Jerada déploie son arsenal anti-froid

Couvertures, charbon de chauffage, fours améliorés et espaces d’accueil aménagés…
22.280 ménages et 73 douars ciblés par ces mesures

Mieux vaut prévenir que subir les vagues de froid hivernal des hauts plateaux. Cela vaut pour la province de Jerada qui vient de boucler ses préparatifs pour pallier toute éventualité et répondre en temps réel aux attentes des populations et zones ciblées.

Aussi, une importante série de mesures est activée pour prévenir et atténuer les dommages des potentielles perturbations météorologiques qui se profilent à l’horizon. L’approche se veut participative (impliquant tous les acteurs locaux publics et privés) et au service des populations menacées.

L’efficacité de ces interventions nécessite la mobilisation d’un important parc d’engins: 49 unités adaptées au déneigement (dont 19 du secteur privé), 4 tracks, 4 niveleuses et des camions de transport en plus des moyens logistiques urgents en cas de besoin.

S’y ajoutent des interventions ciblées par hélicoptères et ambulances de la Gendarmerie royale et du ministère de la Santé pour sauver les populations en situations critiques, à l’instar des personnes âgées, personnes à besoins spécifiques et femmes enceintes. A ce titre, 13 plateformes aménagées pour l’atterrissage des hélicoptères.

En parallèle, les personnes touchées et ayant perdu leur domicile seront hébergées dans des unités d’accueil, afin de les protéger des répercussions du froid et leur assurer les services nécessaires. De même, des unités médicales mobiles sillonneront la province pour des examens et consultations sur place.

Au total 73 douars et quartiers sont susceptibles d’être touchés par la vague de froid alors que 379 femmes enceintes sont suivies dans 110 en milieu rural. Pour l’ensemble de ces populations, le département de la Santé a mobilisé un staff médical composé de 19 médecins et infirmiers, deux véhicules tout-terrain, 8 ambulances et 2 unités médicales mobiles.

De leur côté, les centres d’accueil pour jeunes, les internats, les centres de santé, les orphelinats, les établissements d’enseignement concernés par la vague de froid et de neige recevront des quantités requises en couvertures, bois de chauffage et fours améliorés dans le cadre du programme annuel du département des Eaux et Forêts.

«Pour réussir ce challenge, l’implication de tous est nécessaire, soit des comités locaux de vigilance, de suivi et d’évaluation», a précisé Mabrouk Tabet, gouverneur de la province lors de sa visite de contrôle au parc d’engins mobilisés à cette opération.
Au total 22.280 ménages, 62 écoles et 13 centres de santé sont ciblés. Ce ne sont pas moins de 6 tonnes de charbon, 13 bouteilles de gaz et 13 bains d’huile qui seront distribués dès cette semaine.

 

Oujda : La culture et l’art, créneaux de développement

La culture et l’art contribuent largement au développement, ont souligné les participants à un webinaire organisé dans le cadre de la 9ème édition du Festival maghrébin du film.

Les intervenants ont fait remarquer qu’à cause de cette pandémie, le secteur culturel a été durement affecté dans son potentiel de production. Et de relever que cette situation a conduit à une prise de conscience chez les responsables et des décideurs de l’importance de la culture en tant que secteur productif, et du rôle qu’elle joue à plusieurs niveaux (animation sociale, création d’emplois, maintien du lien social,…).

La situation liée à la Covid-19 a montré aussi la capacité de créativité, d’invention et de résilience de la culture à travers l’organisation de grandes rencontres culturelles où le digital remplace la magie du live, ont-ils encore ajouté.

Pour certains participants, cette crise a permis ainsi de se rendre compte que le cinéma avait occupé une très grande place dans le développement du champ culturel, affirmant à cet égard que le cinéma est un indicateur de la démocratie dans un pays, de la liberté de créer et de s’exprimer, et du degré d’ouverture d’une société. Estimant que le cinéma a une omniprésence dans le champ culturel et le vécu des gens, ils ont mis l’accent sur l’impact et les conséquences néfastes du coronavirus sur le septième art et son industrie. L’accent a été mis aussi sur le développement des infrastructures culturelles et du secteur du cinéma dans le Maghreb, plus particulièrement au Maroc, et un appel a été lancé à cette occasion pour le renforcement de la coopération dans ce domaine entre les pays du Maghreb et les autres pays du continent africain.

De l’avis des intervenants, la reprise du cinéma après Covid-19 ne sera pas facile, arguant que suite à un entracte forcé et un arrêt de la production cinématographique, il faudra déployer beaucoup d’efforts non seulement en terme de production mais aussi au niveau de la mise en exploitation.

Dans cette veine, ils ont évoqué le besoin d’un véritable projet culturel qui pourrait être une vraie base pour pouvoir relancer la culture et l’art dans les pays du Maghreb, mettant en avant l’impératif de l’implication du secteur privé et des acteurs associatifs.

S’agissant des perspectives, les intervenants se sont montrés confiants quant à l’avenir du cinéma après cette pandémie qui a révélé les vrais problèmes du secteur cinématographique.

Ce webinaire a connu la participation de Mohammed Mbarki, directeur général de l’Agence de développement de l’Oriental, Amer Chergui, réalisateur et critique de cinéma (Maroc), Lamia Belkaied Guiga, universitaire (Tunisie), Pierre Mateo, directeur de l’Institut français d’Oujda, Kamal Kamal, réalisateur-producteur et scénariste (Maroc), Khalil Damoun, critique de cinéma (Maroc), Mehamdi Djamel, auteur et critique de cinéma (Algérie) et Khalid Zaïri, producteur (Maroc).

Source : L’Opinion

Activation des plans de lutte contre le froid à Guercif et Jerada

Les plans de lutte contre la vague de froid se mettent en place dans nombre de localités. Objectif: atténuer les effets de la vague de froid sur les habitants des zones montagneuses pendant cette saison hivernale. Les détails par ville.

A Guercif, le comité provincial de veille et de suivi s’est réuni lundi 30 novembre, afin d’examiner et de présenter une série de mesures proactives, visant à aider la population locale à faire face aux répercussions de la vague de froid, des chutes de neige et des précipitations que connaissent habituellement plusieurs zones de la province en cette période.

L’ensemble des services intervenants ont ainsi été mobilisés en vue d’élaborer ce plan d’action axé sur la rapidité et l’efficacité des interventions. En parallèle, il a été procédé à l’élargissement de la base des communes et douars cibles, en vue d’assurer la disponibilité des interventions en cas d’évènements météorologiques exceptionnels.

Quatre communes territoriales sont concernées par ces mesures, à savoir Berkine, Ras Leksar, Sebbab et Lemrija, totalisant 36 douars et quelques 5.000 ménages. Les besoins des habitants de ces communes, en cas d’enclavement lié aux conditions climatiques, ont été évalués à 5.000 paniers alimentaires et 10.000 couvertures.

Les moyens d’intervention mobilisés pour l’ouverture des routes et pistes en cas de chutes de neige comportent un camion étrave, deux chargeurs et une niveleuse relevant de la direction provinciale de l’Equipement, deux chargeurs sur pneus et une niveleuse appartenant au Conseil provincial et un chargeur sur pneus relevant du groupement des communes El Fath.

Ces engins seront déployés préalablement, après chaque bulletin d’alerte météorologique, sur les tronçons habituellement bloqués pendant les chutes de neige, et ce afin d’assurer une intervention rapide pour la réouverture de ces routes et pistes.

Par ailleurs, des caravanes médicales seront organisées au profit des habitants des douars les plus vulnérables à la vague de froid, à savoir les douars Bni Meqbel, Bni Bouyloul et Tamjilt dans la commune de Berkine et le douar Tamest, dans la commune de Ras Laksar.

A noter qu’en raison des circonstances liées à la pandémie de la Covid-19, le choix a été fait d’organiser des caravanes réduites ciblant les catégories les plus vulnérables aux effets de la vague de froid, notamment les femmes enceintes, les malades chroniques et les enfants.

D’autre part, la direction provinciale des Eaux et forêts a procédé, durant le mois de novembre, à la distribution de 100 fours améliorés au niveau de la commune de Berkine.

En outre, quatre points d’atterrissage d’hélicoptères, utilisés pour l’évacuation en cas de nécessité, ont été aménagés dans les communes de Berkine et de Ras Laksar.

Mobilisation anticipée à Jerada

Une réunion similaire tenue au siège de la préfecture de la province de Jerada a connu la présentation d’un exposé détaillé sur le plan d’action pour la gestion des risques et la protection contre les effets de la vague de froid via l’interaction positive avec les bulletins d’alerte, la mobilisation des moyens requis, l’évaluation continue de la situation, et la coordination entre les différentes parties pour que les interventions soient rapides et efficaces.

Le plan vise une mobilisation anticipée des moyens humains et logistiques nécessaires, l’organisation des opérations d’assistance et de secours sur le terrain, le rétablissement de certains services, et la fourniture de statistiques et informations concernant notamment les zones cibles, les femmes enceintes, et les personnes sans-abri et les établissements devant les accueillir, en sus du recensement des engins, des secteurs public et privé, mobilisés pour les opérations de déneigement.

Le plan met l’accent également sur les mesures sanitaires prises pour la prise en charge des habitants touchés, la mobilisation des moyens de chauffage, les plateformes d’atterrissage d’hélicoptères, déjà créées ou à aménager, les besoins en produits alimentaires en cas d’enclavement et les moyens de communication.

Selon les données des autorités provinciales, les mesures sanitaires portent, entre autres, sur la mobilisation d’un staff médical de 19 médecins et infirmiers, deux véhicules tout-terrain et 10 unités mobiles.

Festival maghrébin du film d’Oujda: «La Guérisseuse» remporte le Grand Prix de la catégorie longs métrages

Le film «La Guérisseuse» du réalisateur marocain Mohamed Zineddaine a remporté, dimanche, le Grand Prix de la catégorie longs métrages de la 9e édition du Festival maghrébin du film d’Oujda (FMFO), tenue sous format digital.

Le Prix du meilleur réalisateur est allé au Marocain Hassan Benjelloun pour son long métrage «Pour la cause», alors que le Prix du Jury a récompensé le réalisateur tunisien Walid Tayaa pour son film «Fataria».

Dans la catégorie des courts métrages, le Grand Prix est allé au film «Parfum» du Marocain Houcine Chani, alors que le Tunisien Amine Lakhnech a remporté le Prix du meilleur réalisateur pour son film «True Story». Le Prix du Jury est allé, quant à lui, au film «Ghost of Spacetime» de Karim Tajouaout (Maroc).

Dans une allocution diffusée à cette occasion, Khalid Sli, directeur du festival et président de l’Association Ciné-Maghreb, organisatrice de cet événement, s’est félicité du succès de cette édition, organisée pour la première fois sous format virtuel en raison des circonstances liées à la pandémie de la Covid-19. Grâce à la diffusion en ligne des différentes activités et programmes du festival, le nombre des participants et du public du FMFO a connu une très forte augmentation cette année, a-t-il affirmé, précisant que le public, qui se limitait à quelques milliers lors des éditions présentielles, a dépassé cette année 1,5 million de spectateurs qui ont suivi une ou plusieurs projections et activités diffusées sur le site web officiel du festival et sur ses réseaux sociaux.

Le succès est tel que le festival maintiendra des versions digitales lors des prochaines éditions présentielles, a annoncé Khalid Sli, exprimant ses remerciements pour les différents partenaires de cet évènement cinématographique maghrébin, notamment la Wilaya de l’Oriental, l’Agence de l’Oriental, le Centre cinématographique marocain, l’Université Mohammed Premier d’Oujda et plusieurs autres partenaires.

La cérémonie de clôture virtuelle de ce festival (25-29 novembre) a été marquée par un hommage rendu au dramaturge, metteur en scène et scénariste marocain Abdeslam Loudiyi.

Organisée sous le thème «Oujda, Carrefour du Cinéma Maghrébin», cette édition a connu la participation de six longs métrages et de 12 courts métrages à la compétition officielle.

Outre les projection des films participants, le programme de cette édition a comporté un ensemble d’ateliers, de masterclass et de webinaires avec des personnalités de renom du monde du cinéma et de la culture du Maghreb et d’ailleurs.

Source : Le Matin